Pour nous soutenir

Vous êtes ici dans le BLOG de Yogam Bayangam

 

Sohaing André, un entrepreneur de la diaspora commerçante Bamiléké

Sohaing André, un entrepreneur de la diaspora commerçante Bamiléké

Sohaing André est né le 21 janvier 1933 à Bayangam, où il entreprend des études primaires. En 1950, soit à 17 ans, il quitte le village pour Douala. C'est donc très jeune à Douala qu'il découvre le commerce dans les boutiques de Bessengué. C'est dans ce cadre qu'il est remarqué par les grecs qui détiennent alors la plupart des affaires au Cameroun. Entre 1950 et 1966, il se consacre au commerce de l'alimentation, des boissons et dans l'importation du sucre28(*). En 1977, il rentre dans l'hôtellerie en acquerrant Akwa Palace, hôtel quatre étoiles situé à Douala.

En 1981, il est classé neuvième des plus importants hommes d'affaires camerounais (Ngayap, 1983 : 261). Il dirige alors la compagnie soudanaise dont le capital social s'élève à 240 millions, la société Camerounaise de mise en bouteille de vin et de représentation de marque, au capital social de 60 millions, la société de biscuiterie koupan-Sohaing-Cameroun ainsi que les établissements Nein et Cie., à côté de ses nombreuses affaires dans l'immobilier.

Sohaing fait ainsi partie de la « première génération d'entrepreneur bamiléké » dont parle Jean Pierre Warnier (1995 : 66-67 ; Geschiere et Konings, 1993 ; Mouiche, 2005). Celle-ci est constituée des cadets migrants, nés et socialisés au village en contexte inégalitaire. Ils sont allés en ville ou dans les zones de plantation à un âge relativement précoce (entre 10 et 20 ans). Leur bagage scolaire est inexistant ou réduit à quelques années d'enseignement primaire. Rares sont ceux qui, possèdent le certificat d'études primaires élémentaires ou qui ont passés quelques années dans le secondaire. Ils ont commencés par occuper des petits métiers de rue (marchands ambulants, laveurs de taxis, porteurs d'eau), tout en menant une existence austère. Ils ont constitués un capital grâce à la participation à une tontine qui leur a fourni soutien moral, conseil en affaires, et moyen de résister à la demande de la parentèle. Autour de la trentaine, ils ont contractés une union avec une femme partageant leurs capacités et leurs aspirations. Dès lors, les revenus de l'épouse pourvoient aux besoins de la maisonnée, et ceux de l'époux sont réinvestis dans l'immobilier de location, le commerce, le transport, etc.

La période de prospérité qui va de 1955 à 1986, a permis à SOHAING de réaliser l'accumulation lui permettant de se hisser au dessus du petit artisanat ou des métiers de rue pour fonder des entreprises dans le secteur du commerce, de l'immobilier de l'hôtellerie, de l'agro alimentaire, etc.

Sohaing compte parmi les hommes d'affaires ayant atteint « le seuil de crédibilité politique » (Ngayap, 1983). Sa place dans le monde des affaires peut également être comprise au regard des titres symboliques dont il est titulaire. En 1988, il est intronisé compagnon de Beaujolais, nommé commandant du grand conseil de bordeaux, Chevalier du coteau de champagne, etc. En effet, il a été pendant longtemps l'importateur exclusif des vins et spiritueux français au Cameroun.

Sohaing mobilise ainsi selon Jean François Bayart les « symboles culturels de l'occident non seulement dans son pays ou envers ses partenaires, mais aussi aux yeux de son terroir » (1996 : 19-20). Sa trajectoire est particulière, car il ne rentre dans aucun des trois cursus élaborés par Faure et Medart (1995). Par contre, sa trajectoire colle bien au phénomène du chevauchement ou straddling. Comme le précise ces derniers :

« le straddling(...) se caractérise en premier lieu par le cumul de positions. C'est- à- dire qu'un même individu peut être à la fois haut fonctionnaire, dirigeant du parti unique, grand propriétaire, homme d'affaires etc....le constat répété de ce cumul permet de parler de straddling »(1995 :305).

Dans cet ordre d'idées, l'accumulation des ressources par le big man s'appuie à la fois sur des positions formelles et informelles, politiques, économiques et sociales très diversifiées. Seule une étude du processus de cumul et de passage d'une position à l'autre permet de rendre compte de la dynamique de l'accumulation.

Si Sohaing apparaît ainsi comme un entrepreneur économique au regard des ressources accumulées, il est aussi un entrepreneur politique dans la mesure ou l'ouverture démocratique lui a permis de convertir les ressources d'une nature en ressource d'une nature différente; autrement dit, ses ressources économiques en ressources politiques.

0
0
0
s2smodern

SDF: Menace sur la liste SDF.

SDF: Menace sur la liste SDF.
Le 11 Juin 2004
© La Nouvelle Expression


Au moment de mettre sous presse, une information alarmiste dans le camp du Social Democratic Front (Sdf) faisait état de ce que, hier, le Rdpc a introduit une requête auprès de la commission communale de supervision de vote pour demander l’annulation de la liste du Sdf pour “ diffamation ” de la tête de liste Rdpc. Au regard de la loi électorale, si une telle accusation venait à être constatée, le parti de John Fru Ndi tomberait sous le coup de la loi. Mais on sait aussi que de tels arguments dans le contexte camerounais prospèrent à la tête du client.

Il n’est pas innocent que le parti des flammes élève une telle protestation à la fin de la campagne lorsque le mis en cause dispose d’une très petite marge de manœuvre pour faire valoir ses arguments. Et ce serait pour l’équipe de André Sohaing la voie royale pour mettre hors d’état de nuire, avant le match, un redoutable concurrent comme le Sdf qui lui donne du tournis. “ Si les gens du Rdpc recourent à ce stratagème, c’est la preuve que toutes les stratégies de fraude n’ont pas marché ”, relève un membre de la direction du Sdf. Ni John Fru Ndi est arrivé à Bayangam hier pour revigorer ses troupes et est tombé sur cette situation qu’il a vigoureusement dénoncée au cours du meeting qu’il a tenu. La commission communale de supervision du vote, après avoir reçu les éléments de défense du Sdf, doit statuer sur le contentieux ce jour. Les militants du Sdf se plaignent aussi de ce que leurs banderoles de campagne ont été arrachées sur toute l’étendue de la commune depuis plusieurs jours. Aux dernières nouvelles, la gendarmerie aurait mis la main sur le présumé auteur de cet acte de vandalisme.

 

Echos des municipales partielles: Le SDF menacé de disqualification à Bayangam
 
Le 11 Juin 2004
© La Nouvelle Expression
 

 

0
0
0
s2smodern

RDPC: MME Sohaing à l'aide de Monsieur

RDPC: MME Sohaing à l'aide de Monsieur

Selon des informations confidentielles de l’équipe de campagne du Rdpc, le comité de campagne a estimé que pour une élection qui a toutes les allures de défi, le maire en place depuis les élections de juin 2002, André Sohaing, sera un peu en retrait cette fois, par tactique. Parce que ses stratèges redouteraient qu’il irrite des populations particulièrement sensibles à ses discours souvent enfiévrés. Il s’est docilement plié à cette “ censure ”, attendant qu’on lui donne un rôle à jouer, le cas échéant. Ce qui par contre a surpris plus d’un, c’est l’irruption spectaculaire de son épouse dans la campagne. Mafokam, c’est son nom, a élu domicile à Bayangam depuis l’ouverture de la campagne. Avec une caravane. A ses côtés, les femmes les plus en vue du Rdpc du village, redevables au Renouveau, comme Mafeu Tchuenté Kom Hélène, deuxième secrétaire de l’ambassade du Cameroun en Italie, par ailleurs conseiller municipal de la commune de Bayangam.

A la tête de sa caravane, Mafokam va de quartier en quartier, adoptant une stratégie de proximité telle que prescrit par le comité central du Rdpc, pour rassurer les populations qu’elle sera désormais leur “ interlocutrice active ” auprès de son maire de mari pour traduire dans la réalité leurs doléances et les promesses de la mairie.

Sa caravane a pour principale cible les groupes de femmes, notamment le “ Réseau ”, une association patronnée par le ministère de la Condition féminine. Au passage, elle distribue quelques présents comme pour donner le ton de ce que sera l’après élection municipale. C’est la révélation de cette campagne, dans la mesure où elle ne s’était jamais mêlée des activités politiques de son mari. Après Bayangam, elle a sillonnée les autres localités de la commune telles Batoufam et Badrefam. Rarement dans cette commune, les électeurs n’ont été aussi courtisés.

Maurice Tchuenté, ministre de l’Enseignement supérieur et chef de la délégation du comité central du Rdpc pour les partielles à Bayangam, a battu le rappel des élites extérieures. Parmi les plus influentes, Joseph Noutsa, gouverneur de la province de l’Adamaoua, qui “ est surtout apparu pendant les meetings plus engagé et plus enthousiaste que le vulgaire militant de base, tout de Rdpc vêtu ”. Inédit. Celui dont il est question est pourtant un administrateur civil et par surcroît gouverneur de province. Pourtant, des hauts fonctionnaires dont le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Marafa Hamidou Yaya, ont fait un vaste tour des provinces récemment pour dire qu’ils sont totalement antipartisans. C’est le cas du chef supérieur Bayangam, Sa Majesté Pokam ll, qui, personnellement, s’est engagé sans fard, dans cette campagne aux enjeux énormes. Tous soutiennent ici qu’au lendemain des municipales et des législatives du 30 juin 2002, le Rdpc a récompensé la fidélité du village en nommant ses fils à des postes de responsabilité dans la haute administration: Maurice Tchuenté , ministre de l’Enseignement supérieur, Joseph Noutsa, gouverneur de province, Abrahams Tchuenté, président de la toute nouvelle Chambre des comptes…
0
0
0
s2smodern

Petites annonces lisye

Annonces Prix Etat Ville Date

Conteneur 40 pieds (Achats Ventes / Vente Autres)

Conteneur 40 pieds
Conteneur 40 pieds comme neuf Etat impeccable A enlever à SIMBOCK
1 500 000 CFA
Sur Place
Comme Neuf
Yaounde Cameroun
07-12-2018
par admin
Vu 453 fois

Semi Remorque 3 essieux (Auto Moto / Utilitaires Camions)

Semi Remorque 3 essieux
Semi Remorque 3 essieux Lames Avec fourgon Idéal pour les transports de produits fragiles vers le[...]
40 000 000 CFA
Sur Place
Comme Neuf
Yaoundé
07-12-2018
par admin
Vu 521 fois

lampe LUMINOX (Achats Ventes / Vente Autres)

lampe LUMINOX
lampe LUMINOX Reference: PBL 10126 AO Condition: New product lampe LUMINOX
40 000 CFA
Sur Place
Neuf
Yaounde
07-11-2017
par TYolland
Vu 707 fois

CB connexion

K2 User

Recherche petites Annonces

Who's Online

Nous avons 145 invités et aucun membre en ligne